Mes vacances d’été sur l’île de Malte

vacances-malte

Mon mari et moi sommes récemment partis sur l’île de Malte pour les vacances d’été, il y a deux semaines. Nous avions loué une chambre dans un bel hôtel dans la ville de Sliema, à quelques dizaines de mètres de la mer, le rêve pendant une petite dizaine de jours. Cliquer sur ce lien si Sliema vous tente.

Il faut dire que ce furent des vacances bien méritées, après les premiers moments passés en compagnie de notre petite, née il y a un peu plus de six mois désormais. Nous avions laissé notre bébé avec sa mamie, qui se faisait une joie de la garder quelques jours, alors que nous étions ravis de pouvoir nous retrouver à deux, et profiter de sessions de farniente acharné, les doigts de pieds en éventail.

Nous voilà donc dans un pays d’Europe, mais au sujet duquel nous ne savions presque rien, si ce ne sont les quelques infos rapidement glanées dans le guide du routard, une fois notre destination choisie. Ainsi, nous nous retrouvons sur une île très ensoleillée, aux températures quotidiennes durant l’été avoisinant les 35 à 37 degrés, avec quasi-constamment la mer à perte de vue, pour seul horizon.

Malte est un archipel composé de trois îles, parmi Malte (la plus grande), Gozo la moyenne île et enfin Comino, la plus petite des trois, qui est d’ailleurs presque inhabitée, sauf pour les quatre résidants qui y vivent. Nous sommes allés nous balader sur l’île de Gozo qui est très belle et sauvage, dont les plages de sable et de rochers sont de vrais petits bijoux paradisiaques.

Comino, elle, offre un lagon aux eaux turquoise qui laissent rêveur. Toutefois en pleine période estivale, c’est un vrai nid à touristes.

L’île de Malte est accueillante, chaleureuse, pleine d’histoire avec un grand H et de folklore réjouissant. Par exemple, les maltais sont des catholiques très croyants, or, durant tout l’été, chacune des paroisses célèbre son église et son saint en faisant de nombreux et spectaculaires feux d’artifices, ou en éloignant les mauvais esprits à grands coups de pétards artisanaux très bruyants. Il y a donc tout le temps un feu d’artifice ou un pétard qui éclate, puisqu’on dénombre près de 310 églises sur Malte ! Alors que l’île est toute petite et ne fait que 316 km carrés.

Les maltais sont très gentils, ils parlent majoritairement le maltais, bien sûr, mais aussi l’anglais puisque l’île est une ancienne colonie britannique. Heureusement d’ailleurs car le maltais est assez difficile, issu d’un mélange d’arabe et d’italien.

Nous avons pu nous baigner dans une méditerranée chaude et peu agitée, tout en plongeant avec masques et tubas pour apprécier des fonds marins superbes et diverses espèces de poissons aux couleurs vives. Ce n’était pas les Seychelles non plus, mais c’est très dépaysant et magnifique.

Les couchers de soleil étaient éblouissants, la cuisine méditerranéenne délicieuse, avec des inspirations du monde entier, en effet, on retrouve bon nombre de nationalités qui se sont installées sur l’île au fil des siècles.

Je garde un excellent souvenir de ces vacances et je suis sûre d’y retourner aussi vite que possible pour montrer à ma fille ce petit bijou posé seul, au beau milieu de la méditerranée.